Johnny Halliday

Il y a 35 ans, dans l’intimité de la cure qu’il faisait à Quiberon. Il était venu avec ses courtisants de l’époque. Johnny était le seul à respecter le jeûne. Au menu : jus de carotte épicé et blanquette de veau sans sel. Les autres, sirotaient des scotchs au nez et à la barbe du chanteur. En sortant de ces 48 heures de cure, je me suis moi-même précipité chez le premier pâtissier du coin pour y dévorer une bonne part de kouin-aman.

Je l’ai revu chez lui en 2011. Il était «flanqué» d’une attachée de presse qui me surveillait de très prés. Elle suivait l’inclinaison de ma caméra et m’obligeait à ne pas le filmer en contre-plongée.

Il m’a fait visiter sa maison et m’a montré la guitare que Jimmy Hendrix lui avait donné en 1968. Il arrivait à l’époque que celui-ci dorme chez lui. Il m’amena aussi dans sa grande salle de cinéma, refuge de ses insomnies…

C’était sur scène qu’il était vraiment heureux. “ Je suis souvent seul dans la vie, mais sur scène jamais… Ma drogue à moi, c’est le public. ”

Related Images